ActusCOVID-19Toulon

Coronavirus : à Toulon, des affiches pour soutenir les soignants

Revue de Presse - Le Parisien ©



62 panneaux de pub, installés au bord des routes, vantent le travail des soignants et l’effort national. Facebook Michel-Ange Flori

Le Toulonnais Michel-Ange Flori avait déjà soutenu les Gilets jaunes et conspué Macron et Sarkozy sur ses affiches aux slogans vengeurs. Cette fois, il rend hommage aux professionnels de santé.

Il veut rester discret mais ses slogans parlent pour lui. À Toulon (Var), un publicitaire, propriétaire de panneaux 4×3 dans la région, témoigne de son soutien total aux professionnels de santé sur des affiches placardées partout sur le littoral, du Pradet à Six-Fours-les-Plages. Au total, 62 panneaux de pub, installés au bord des routes, vantent le travail des soignants et l’effort national.

« Merci et bravo au personnel de santé et à la France qui continue de travailler », indique Michel-Ange Flori en lettres géantes blanches sous fond rouge.

C’est lui-même qui avait annoncé sur les réseaux sociaux sa communication éclair sur « 62 panneaux en 36 heures ». C’est fait et, le 27 mars, les soignants partant au travail ont pu remarquer le clin d’œil de cet inconnu au grand cœur.

«Vous êtes toujours là où il faut !»

Le publicitaire s’était fait connaître par ses coups de gueule répétés contre les gouvernements successifs. Les Gilets jaunes appréciaient ses slogans vengeurs contre Emmanuel Macron : « Après les Tuche, les taches », avait-il parodié en février. Il avait également créé une affiche de cinéma en représentant le chef de l’Etat armé avec pour titre « L’éborgneur », et sous-titre « scénario Macron, Philippe, Castaner », en référence aux blessures dont des manifestants avaient été victimes.

Cette fois donc, le message est beaucoup plus positif. Dans les zones commerciales, près des carrefours, en secteur rural ou en bord de mer, les messages d’encouragement font mouche. Sur Internet aussi : « Vous êtes toujours là où il faut, quand il le faut, pour afficher des vérités », le félicite Pierre. « Sur ma route, j’ai compté 9 panneaux : formidable ! » ajoute Christiane. Pour Michel-Ange Flori, l’heure n’est pas à la discorde mais au remerciement national. Propriétaire de tous ces panneaux, il est théoriquement libre de s’exprimer tant qu’aucun cas de diffamation n’est repéré. Pour le coup, personne ne lui en voudrait d’être aussi bienveillant !

Par Diane Andrésy.

Source
Le Parisien par Diane Andrésy
Tags

Je commente...

Bouton retour en haut de la page
Share via
Fermer
Send this to a friend