Faits-DiversToulon

Toulon : enquête de l’IGPN après la blessure à l’œil d’un manifestant

LeParisien.fr / AFP ©

La victime, âgée de 35 ans, n’a pas porté plainte.

Le parquet de Toulon (Var) a confié une enquête à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) de Marseille après la blessure à l’œil d’un manifestant au cours d’un rassemblement de Gilets jaunes, indique vendredi le procureur de la République Bernard Marchal.

« J’ai saisi l’IGPN en début de semaine pour qu’elle poursuive l’enquête commencée par le commissariat local »,

a précisé le magistrat toulonnais, confirmant une information de France Bleu Azur.

La victime âgée de 35 ans avait refusé, alors qu’elle était hospitalisée, d’être entendue par la police et d’être soumise à un examen médico-légal, a-t-il précisé. Aucune plainte n’a été enregistrée par le parquet, a indiqué en outre le procureur.

LIRE AUSSI >Mutilés par des grenades ou des tirs de LBD, ils racontent comment leur vie a basculé

A ce stade, rien ne permet de dire que l’homme a été touché par une balle de défense tirée par la police ou par un autre type de projectile, ni dans quelles circonstances exactes cela s’est passé, a ajouté le parquet.

L’IGPN déjà saisie le 5 janvier

La victime, qui risquerait de perdre l’usage de son œil selon le corps médical, avait été retrouvée blessée dans le centre-ville de Toulon, allongée par terre près d’une station-service située à proximité du stade Mayol lors d’un rassemblement de Gilets jaunes le 12 janvier.

Lors des trois dernières journées de manifestations de Gilets jaunes à Toulon, des incidents violents ont éclaté entre forces de l’ordre et manifestants, notamment à proximité du commissariat de la ville.

Le parquet de Toulon avait également saisi l’IGPN à la suite de l’interpellation le 5 janvier, lors d’une manifestation de Gilets jaunes, de trois hommes par un commandant de police qui avait été filmé en train de frapper certains d’entre eux. Les trois manifestants avaient été mis en examen après l’ouverture de deux informations judiciaires pour « outrage, rébellion et violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique ».

LIRE AUSSI >Gilets jaunes : le maintien de l’ordre à l’épreuve des blessés graves

Réagissez...

Source
LeParisien.fr
Tags

À lire aussi...

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

“C'est pas bien!” VOUS UTILISEZ UN ADBLOCK ?! Vous devez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à CToulon Magazine de vivre.

Send this to a friend