ActusMétropole TPMPolitiqueQuartiersTourismeTravaux

La Seyne-sur-Mer : Cinémas et hôtels de « l’Atelier mécanique » : ça se jouera dans une quinzaine…

Marc Vuillemot, le blog

Marc Vuillemot
Marc Vuillemot

On me questionne très souvent sur le sujet. Le projet d’un complexe de cinémas, d’hôtels et de commerces de bouche, de loisirs et de culture, engagé depuis 2009, valorisant l’élément majeur de notre patrimoine industriel qu’est notre « Atelier mécanique », sur le site de nos anciens chantiers navals, va-t-il enfin voir le jour ?

Nous bouillons tous d’impatience. Il est vital que les derniers obstacles soient levés et que le chantier démarre. Et il y a de nombreuses raisons à cela.

La Seyne est la seule ville de France de plus de 50.000 habitants à ne pas disposer d’une seule salle de cinéma.

La dynamique qui s’exerce à la fois autour des hautes technologies de notre « pôle mer » et de notre potentiel littoral et balnéaire propice au développement de l’économie du tourisme, de la culture et des loisirs, imposent que nos capacités hôtelières aillent en s’accroissant.

UNE RECONQUÊTE ENTAMÉE IL Y A 20 ANS



L’un de mes prédécesseurs, Maurice Paul, et la Chambre des métiers et de l’artisanat du Var ont entamé la reconquête du site de nos anciens chantiers navals avec la construction du Centre de formation des apprentis des métiers de la mer et la réalisation de la zone économique nautique Joseph-Grimaud.

Son successeur Arthur Paecht a poursuivi avec le Parc de la Navale et la mise en valeur du Pont Levant et de la Porte Principale des Chantiers.

Notre équipe a continué avec notre casino de jeux, l’aménagement des quais pour l’accueil des grands yachts, la création du terminal de croisières avec la Chambre de commerce et d’industrie du Var, et l’installation du chantier Monaco Marine.

Le parachèvement de cette reconquête de notre ancien site industriel, presque en plein cœur de ville, est indispensable en matière d’aménagement urbain. Peut-on durablement imposer aux croisiéristes de longer une ruine pour se rendre vers notre centre-ville ? Peut-on différer plus longtemps les aménagements de voirie et d’espaces publics qu’on ne pourra réaliser qu’après l’achèvement des dernières surfaces reconquises ? Peut-on priver à l’infini nos nouveaux concitoyens des résidences du quartier des Mouissèques de l’environnement de rêve que les constructeurs leur ont vendu ? Peut-on supporter encore que ne soit pas traitée la pollution accumulée au cours d’un siècle et demi d’industrie navale ? 

Peut-on longuement, dans un contexte économique morose, se priver du travail offert à des centaines d’employés du bâtiment et des travaux publics appelés à réaliser ce complexe, puis négliger les emplois dont profiteront durablement les deux centaines de futurs salariés des cinémas, des établissements hôteliers et des commerces et services ?

Et, on me pardonnera de l’évoquer un peu égoïstement, peut-on concevoir que perdure un endroit à haut risque alors que, depuis dix ans, je tremble jour et nuit qu’un accident grave n’arrive à un des nombreux intrus ayant pénétré sur le site, malgré les clôtures sept fois réparées sur le budget communal ?

TOUTE UNE VILLE EST DANS L’IMPATIENCE

Je suis certain que tous, depuis les 6.000 signataires de la pétition initiée par une association pour réclamer que cessent les entraves au projet jusqu’aux investisseurs qui doivent piaffer d’impatience pour s’engager dans cette belle aventure économique autant que patrimoniale, depuis les aficionados du grand écran jusqu’aux entrepreneurs des sociétés voisines, depuis les gamins de nos quartiers populaires jusqu’aux retraités de nos sites résidentiels, depuis les anciens travailleurs de « la Navale » qui attendent que revivent ces immenses nefs fantômes jusqu’aux jeunes qui n’ont jamais entendu le bruit de la forge et la sirène de l’appel au labeur, depuis ceux qui en 2014 ont freiné le projet pour des raisons politiciennes jusqu’aux artistes qui regretteront de perdre un espace d’expression picturale un peu sauvage, depuis ceux qui espèrent trouver un emploi jusqu’aux bénévoles de l’association environnementale qui, pourtant, conteste le permis de construire, tous, vraiment, aujourd’hui, veulent que… ça sorte enfin !

Tous savent que ça n’a que trop duré. En 2019, cela fera dix longues années que nous aurons lancé le programme. Ça aurait dû être l’année de l’inauguration et l’ouverture au public de cette pièce majeure du puzzle de la réappropriation économique, patrimoniale, urbaine, culturelle et sociale de cet immense territoire de la construction navale.

LE SPECTRE DE LA MORT DE « LA NAVALE » PLANERA-T-IL ENCORE SUR LA SEYNE ?

Le 18 décembre, dans deux semaines, le Tribunal administratif de Toulon se penchera sur la requête en annulation du permis de construire. Les investisseurs ont répondu aux attentes en matière de stationnement, de respect de la loi littoral, et de gestion des sols pollués ( * ). Tout le monde sortirait grandi, fier de son œuvre et de sa contribution à une belle aventure collective, d’un terme mis à cette procédure avant cette fatidique date car, si par malheur la justice administrative donnait un coup de frein au programme, cela pourrait signer l’arrêt de mort de cet acte de reconquête urbaine si indispensable à notre territoire.

À défaut d’une issue heureuse, la grande et dangereuse carcasse de l’Atelier mécanique continuerait à polluer les sols urbains et les eaux de la Rade, et à dresser jusqu’à son ultime affaissement son squelette de métal où s’accrochent ses lambeaux de chair de momie de briques, déployant pour de nouvelles trop longues années, sur une ville qui s’acharne à revivre et reprendre sens, le spectre sinistre des temps de malheur de la fin de la construction navale.

( * ) : Les trois sujets d’inquiétudes de l’association qui demande l’annulation du permis de construire sont levés :

– la commission nationale d’aménagement commercial statuant en matière cinématographique a validé le nombre de places de parking et, pour donner de l’air au projet, il est prévu une centaine de places supplémentaires.

– le programme prévoit la démolition de 2400 m2 de bâti et la construction de moins de 700 m2 ; il y aura donc 1700 m2 de bâti en moins que dans la situation actuelle, même s’il est patent que nous sommes en zone urbaine et que la Loi Littoral ne semble pas devoir s’appliquer.

– la DREAL (direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement), service de l’État, a validé le process de dépollution, et le porteur de projet est même allé au-delà des obligations en s’engageant à un enlèvement et un traitement des terres souillées.

Commentaires

Source
Marc Vuillemot, le blog
Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

“C'est pas bien!” VOUS UTILISEZ UN ADBLOCK ?! Vous devez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à CToulon Magazine de vivre.

Send this to a friend