Aller au contenu

La rue des arts ?! Le trafic de drogue en cœur de ville évoqué au conseil municipal de Toulon

Noter ce sujet


Messages recommandés

  • Administrateurs

La rue des Arts - Toulon

Inaugurée en 2017 en grande pompe, la rue Pierre-Sémart souffre aujourd'hui du trafic de drogue. La situation n'est pas nouvelle, mais s'est amplifiée depuis trois mois, plongeant les commerçants et les habitants dans la plus grande difficulté. Le conseil municipal de Toulon a évoqué ce problème.

870x489_maxnewsworldfive262397.webp

Les ventes se font dans le rue (illustration) © Maxppp - Franck Dubray

La rue Pierre-Sémart se voulait être la rue des Arts et de l'art de vivre lorsqu'elle a été inaugurée en 2017. Symbole d'une renaissance du cœur de ville voulue par la municipalité toulonnaise, cet axe subit aujourd'hui de plein fouet le fléau du trafic de drogue. La municipalité, consciente du problème, pointe aussi la responsabilité des acheteurs.

"Ces dealers, ils sont en train de nous tuer. Après les manifs et la crise sanitaire, il ne manquait plus que ça " se désespère une commerçante de la rue des Arts. Riverains comme commerçants tiennent le même discours, tout en souhaitant conserver l'anonymat afin d'éviter toutes représailles. La situation est devenue insupportable ces derniers mois avec l'arrivée de nouvelles têtes dans le quartier.

Car si en fin de matinée, l'artère est paisible, elle change de physionomie en milieu d'après-midi. "Ils arrivent à dix, quinze, parfois plus et s'installent en rangée. Et les clients affluent, du jeune de quinze ans au monsieur en costume cravate, il y a toutes les catégories sociales. J'ai même vu une dame très élégante. Ils font la queue patiemment et attendent patiemment qu'on les encaisse. L'échange se fait sous les yeux de tout le monde. Il n'y a aucune gêne " raconte une commerçante.

Un nuage de fumée de shit

Sans parler de la consommation sur place des revendeurs. "Ils se roulent leur joint et se le fume tranquillement. L'odeur est présente partout, et ça rentre dans les boutiques. Je comprends les parents avec leurs enfants qui me disent qu'ils ne veulent pas rester. Cela donne une image du quartier peu fréquentable " témoigne un autre.

Un fléau dont est consciente la municipalité qui s'en est même expliquée lors du dernier conseil municipal mercredi. Interrogé sur les mesures prises, par un conseiller municipal d'opposition Rassemblement national, Hubert Falco a tout d'abord indiqué que ce fléau touchait tout le territoire, en ville comme à la campagne. Mais le maire de Toulon a également pointé du doigt la responsabilité des consommateurs. "S'il y a des dealers, c'est qu'il y a des acheteurs. Je leur dis qu'ils font du mal. En achetant, ils permettent au trafic de se développer. C'est ce trafic qui tue notre jeunesse." 

Collaboration avec la police nationale

Sauf que voilà, la municipalité ne peut pas grand chose pour lutter contre le trafic qui gangrène cet axe, pourtant si bien rénové. "Nous travaillons en étroite collaboration avec la police nationale en leur livrant les informations nécessaires. La police municipale intervient régulièrement et marque sa présence. Cela gêne les consommateurs. Mais il est vrai que dès que les équipages partent, les trafiquants reviennent car il y a beaucoup d'argent qui circule" explique Laurent Jérôme, adjoint au maire de Toulon en charge de la sécurité.

De l'argent qui ne circule pas en tout cas dans les poches des commerçants. Une boutique affiche un écriteau "fermeture définitive le 26 février". La crise sanitaire et les manifestations y sont pour quelque chose. Mais la présence quotidienne et le sentiment d'insécurité qui va avec, auraient été le coup de grâce, pour une gérante. 

"Il faut davantage sanctionner les clients. Leur mettre les amendes prévues par la loi. Comme ils ne veulent pas être assimilés aux dealers, peut-être que ça les ferait réfléchir. On en arrive même à se dire qu'il faudrait leur trouver une cabane un peu à l'extérieur, pour qu'ils fassent leur commerce ailleurs. On a beau essayé de se réinventer mais nous sommes à bout de souffle" déplore une dame dans sa jolie boutique qui pourtant, veut encore y croire. "Nous sommes là aussi pour permettre aux gens de flâner, de regarder les vitrines. C'est ça un cœur de ville, et pas des boutiques fermées parce que des dealers nous empêchent de travailler. On ne veut pas les laisser gagner. On en appelle aux pouvoirs publics", conclut-elle.

 

Source (c) Le trafic de drogue en cœur de ville évoqué au conseil municipal de Toulon (francebleu.fr) Christelle Marquès - France Bleu Provence.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Administrateurs
Citation

Sauf que voilà, la municipalité ne peut pas grand chose pour lutter contre le trafic qui gangrène cet axe, pourtant si bien rénové. "Nous travaillons en étroite collaboration avec la police nationale en leur livrant les informations nécessaires. La police municipale intervient régulièrement et marque sa présence. Cela gêne les consommateurs. Mais il est vrai que dès que les équipages partent, les trafiquants reviennent car il y a beaucoup d'argent qui circule" explique Laurent Jérôme, adjoint au maire de Toulon en charge de la sécurité.

Il suffit d'avoir la volonté et l'envie, rajouté une caméra, y venir toute la journée si il le faut, chaque jours si il le faut, de mettre des amendes à ceux qui squattent la rue avec les chaises, il suffit de faire un arrêter et d'interdire le regroupement (d'ailleurs il y a une loi qui existe) quand on veut se donner les moyens d'y arriver, même si c'est un travail long...

...après il faut aussi que le Préfet du Var, la police nationale et surtout le justice joue le jeu, et là c'est pas gagné non plus.

Après on ne va pas se voiler la face non plus, rénover le centre ville et y remettre les cassos, la faune locale qu'il y avait avant, çà ne changera pas le centre ancien, un coup de peinture ne suffit pas, il faut une mixité sociale (plus de travailleurs, plus d'étudiants, plus de couples de la classe moyenne, plus de retraités,....) et ne pas regrouper ceux qui posent problème au même endroit (comme vers la porte d'Italie et le cours Lafayette, mais çà c'est encore une autre histoire). Les squatteurs de bars ou de rues qui n'apportent rien au centre ancien à part des problèmes d'incivilités, voir d'agressions...

Et dire que j'avais un petit espoir que tout change... 🙄 mais je reconnais le travail monstre fait par la mairie actuelle pour redonner vie à ce quartier, c'est pour çà que je suis un peu sévère avec elle, je vois par exemple la mairie de Montpellier (de gauche) qui est très mal classée niveau insécurité et qui essaye de faire bouger les choses avec des contrôles des transports chaque jour avec la police nationale (de 150 à 300 PV par contrôle), essaye de luter contre un marché clandestin en y allant tous les jours et en confisquant la marchandise qui est donnée à une association d'entraide, avec une police municipale active 24h/24 et 7j/7 et bientôt une brigade de 40 hommes pour les transports en commun (gratuit)...c'est sûr que Toulon c'est un paradis par rapport à Montpellier, mais dès fois j'ai l'impression qu'on compte trop sur l'état et la police nationale.

Ou alors, légaliser le cannabis 🤔 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Administrateurs

Sujet sur BFM TV Toulon Var

Capture d’écran 2022-03-02 215445.jpg

Capture d’écran 2022-03-02 215601.jpg

Capture d’écran 2022-03-02 215650.jpg

Capture d’écran 2022-03-02 215701.jpg

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Administrateurs
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Administrateurs

À Toulon, les consommateurs de stups dans le viseur de la police

La police nationale dans le Var annonce une intensification de ses opérations de lutte contre la vente de stupéfiants dans le centre ancien de Toulon.

DATA_ART_8813956-XZsFru5Z.webp

La police nationale annonce un renforcement de sa présence visant à interpeller acheteurs et vendeurs. (Photo DR)

C’est le secteur de la rue Pierre-Semard (la Rue des Arts) et de la place Vatel qui est principalement dans le collimateur de la sécurité publique. "Le trafic y devient vraiment conséquent."

Plusieurs voix se sont élevées récemment pour dénoncer ce fléau, susceptible de perturber la fréquentation des commerces.

"Il y a eu beaucoup d’interpellations ces dernières semaines", fait-on valoir à l’hôtel de police. Mais encore trop de gens "font la queue" pour leur consommation, y compris "des clients en costume cravate"...

"Vendeurs, acheteurs... Nous allons interpeller tout le monde. Nous y serons tous les jours", prévient la direction départementale de la sécurité publique.

Source (c) Var Matin : https://www.varmatin.com/faits-divers/a-toulon-les-consommateurs-de-stups-dans-le-viseur-de-la-police-751375

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Membres
il y a 33 minutes, MarcoX a dit :

C’est le secteur de la rue Pierre-Semard (la Rue des Arts) et de la place Vatel qui est principalement dans le collimateur de la sécurité publique. "Le trafic y devient vraiment conséquent."

Mon quartier, il y en aurait des choses à dire! Des dealers il y en a dans presque toutes les rues du centre ancien, rue Pierre-Semard, place Vatel, cours Lafayette, place de l'Opéra (les plus violents), porte d'Italie, la présentation, place d'Armes...c'est une infection, un cancer qui gangrène tous les efforts qu'à fait la mairie en terme de rénovation urbaine. Dommage que tout ce travail soit gâché par ces nuisibles (dealers et clients)!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Membres

même plus j'y vais dans ce quartier t'as l'impression que tu vas te faire agressée à chaque coin de rue ça pue la pisse et on t'insulte ou on t'harcèle c'est plus un marché provençal c'est le bled

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Administrateurs
Le 07/03/2022 à 17:13, Le Capitaine a dit :

..., place de l'Opéra (les plus violents),...

Justement en parlant de ceux vers l'Opéra, c'est d'ailleurs une des raisons pourquoi les restaurateurs ne veulent pas ouvrir le soir, dans une ville touristique comme Toulon, qu'elle honte! 🙄

La Bac de Toulon interpelle deux individus soupçonnés d’un vol violent

Deux individus âgés de 23 et 25 ans ont été interpellés dans la nuit de lundi à ce mardi après un vol avec violences dans le centre ancien de Toulon.

DATA_ART_8840441-5M0A6S1b.webp

La brigade anticriminalité (Bac) a intercepté deux suspects après un vol violent dans le centre ancien de Toulon. (Illustration S.L.)

La victime, légèrement blessée, s’est rendue au commissariat après avoir été agressée par trois individus dans la rue de Pomet, située à proximité de l’opéra.

Ce Toulonnais avait été délesté de son téléphone portable, des clés de son domicile et de ses papiers d’identité.

Grâce au signalement qu’il a pu donner aux policiers, un équipage de la brigade anticriminalité (Bac) de nuit a repéré deux suspects qui ont été placés en garde à vue. Les objets volés ont été retrouvés.

source (c) Var Matin La Bac de Toulon interpelle deux individus soupçonnés d’un vol violent - Var-Matin (varmatin.com)

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Membres

la place de l'opéra une des plus belles places de toulon, sauf qu'à partir de 19h ça devient une des plus dangereuse il serait temps d'avoir plus de policiers sur place pas une police qui a les mêmes horaires que ceux qui bossent en bureau une police 24h/24 comme beaucoup de villes surtout pour une ville comme toulon j'aimerais connaitre le classement niveau sécurité

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Administrateurs

Police Nationale 83 @PoliceNat83  #antistups
Ce soir dans le centre-ville de @villedeToulon, la #Police Nationale et Municipale a mené une opération de lutte #ContrelesTrafics.
👉 Plusieurs interpellations et produits saisis. 
⚠️ Sans relâche, nous luttons contre ce fléau.

FNg0cl5X0AoPniO.jpg

FNg0dK5WQAEA6Mg.jpg

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Membres
Le 11/03/2022 à 19:56, Le Capitaine a dit :

Il était temps que la police fasse un peu le ménage dans ce quartier! 👍

punir déjà très sévèrement les clients, et pourquoi la mairie n'expulse pas ces dealeurs ? Elle en a le droit, surtout que souvent ils sont logés dans des hlm de la ville et du centre, donnez à l'avenir ces logements à ceux qui le mérite, pas à ceux qui saccagent tout et vendent de la drogue et qu'on ne me sorte pas que les familles de ces dealeurs n'y sont pour rien

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Membres
Il y a 22 heures, Cuverville a dit :

punir déjà très sévèrement les clients, et pourquoi la mairie n'expulse pas ces dealeurs ? Elle en a le droit, surtout que souvent ils sont logés dans des hlm de la ville et du centre, donnez à l'avenir ces logements à ceux qui le mérite, pas à ceux qui saccagent tout et vendent de la drogue et qu'on ne me sorte pas que les familles de ces dealeurs n'y sont pour rien

faire comme la ville de nice qui s'attaque aux squatteurs de halls d'immeubles avec un arsenal à sa disposition

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Partager

×
×
  • Créer...